Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A la mémoire de mon père Jacques Camurat/ In memory of my father Jacques Camurat (1927-2016)

Mon père Jacques Camurat s’est éteint au matin du 30 avril 2016 à l'âge de 89 ans.

My father Jacques Camurat  passed away on the morning of april 30, 2016, aged 89.

 

 

Jacques Camurat (1927-2016)

 

Né à Madrid le 24 mars 1927 dans une famille française expatriée, Jacques Camurat reçoit son éducation musicale à Bilbao d'un professeur de violon qui lui suggère le métier de luthier. Après un stage chez Jean Bauer à Angers puis chez Marcel Vatelot à Paris, il passe par l'atelier d' Amédée Dieudonné à Mirecourt. En 1954, il reporte un prix de sonorité au concours international de quatuor de Liège. C'est en 1956 qu'il ouvre son atelier 49 Rue de Rome épaulé par son épouse Janine, altiste lauréate du Conservatoire de Paris, avec laquelle il aura trois enfants, Bernard, Béatrice et Pascal, qu'ils élèveront ensemble. C'est avec Sophie qu'il se remarie en 1973 et continue d'exercer jusqu'en 1991, année où ses fils Bernard et Pascal lui succèdent. Il se retirera à Bourron-Marlotte en Seine et Marne de 1991 à 2004 et enfin à Campagnac les Quercy où il repose aujourd'hui.

Dès le plus jeune âge, sa créativité se révèle à travers ses talents au dessin, passion qu'il exercera au gré de ses loisirs. Guidé par les conseils de professeurs comme Léon Pascal, il construira violons, altos et violoncelles, au caractère italianisant. Hormis un alto de 1995, on ne lui connaît pas d'autre création postérieure à 1975, la plupart des instruments étant faits sous sa direction par ses fils et ses assistants car de 1960 à 1991, son atelier accueille de nombreux élèves des écoles de Mirecourt, Mittenwald et Crémone. Avec la volonté de promouvoir la facture contemporaine en lutherie, c'est entre 1970 et 1980 qu'il organise à Paris plusieurs concerts de quatuor interprétés sur des instruments issus de son atelier. Il dirigera en outre avec quelques collègues du Groupement des Luthiers et Archetiers d'Art de France, de 1980 à 1985, la destinée de l'atelier "Société Française de Lutherie" à Mirecourt d'où sortirent les violoncelles "Nicolas Delaune". En 1986, il effectue des recherches sur l'Arpegionne conçu par le luthier Staufer (Vienne 1800) et ses assistants entreprendront d'en réaliser quelques exemplaires. Ses liens avec la culture espagnole firent en outre de son atelier le rendez-vous parisien de bon nombre d'instrumentistes de la guitare classique.

A la fin des années 80, il rédige un manuscrit sur "Le violon et l'Homme dans l'arbre de vie": recherche sur la divine proportion. On retiendra cette extraordinaire dualité qui l'a habité.... entre insatiable curiosité pour la compréhension des lois qui régissent la vie et passion inconditionnelle pour les belles choses que la nature nous offre. Mais c'est le souvenir d'un homme de cœur et généreux qui transparaît avant tout : le parcours qu'il aura ouvert à ses trois enfants en est le plus beau témoignage, en dehors bien sûr des instruments qu'il laisse à la postérité.

Born in Madrid on march 24, 1927 in a french family, Jacques Camurat receives a musical teaching in Bilbao from a violon teacher who suggests him to become a violin-maker. After training with Jean Bauer in Angers and later with Marcel Vatelot, he continues his apprenticeship in the workshop of Amédée Dieudonné in Mirecourt. He wins an award for sound in the international Liège string quartet competition in 1954. He then opens his shop in 1956 on the 49 Rue de Rome in Paris with the support of his wife Janine, freshly awarded from the Paris Conservatory on the viola. They will raise their three children Bernard, Béatrice and pascal untill 1973 when he remaries Sophie. He will continue his trade untill 1991 when both his sons take over the business. He will retire in the town of Bourron-Marlotte near Fontainebleau from 1991 to 2004 to finally settle in the Dordogne village of Campagnac les Quercy where he lies in Peace.

 

Very young he shows much talent at drawing and painting will become his main passion during his leisure time. Guided by the well known Paris violin teacher Léon Pascal, he will start building violins, violas and cellos, with a definite italian touch in style. Besides a viola made in 1995, one won't find an instrument of his made after 1975, all later instruments being made by his sons and from 1960 to 1991 by the many students from Mirecourt, Mittenwald and Cremona who trained in his shop. From 1970 to 1980, willing to promote contemporary violin-making, he organizes several chamber music concerts performed on instruments made in his shop. He will therefore participate with colleagues from the Groupement des Luthiers et Archetiers d'Art de France in the leadership of the worpkshop "Société Française de Lutherie"in Mirecourt where the cellos "Nicolas Delaune"were built. In 1986, he undertakes research on the Arpegionne invented by the Luthier Staufer (Vienna 1800) and several will come out from his shop. His personnal ties with hispanic culture probably explain why his shop became for two decades the main Parisian outlet for the best classical guitar players.

Towards the end of the 1980's, he will write a manuscript on « The Violin and the human being found in the Tree of Life » : research on the divine proportion. One will remember this outstanding duality that was his...from an insatiable curiosity for the understanding of the laws that guide our lives to a vivid love for the most beautiful presents nature brings us. Finally and before all he will be remembred as a man with a generous heart : the path he traced for his three children will remain his best testimony, besides of course the instruments he leaves to posterity.

 

 

 

Commentaires

  • Je viens d'apprendre décès de ton père c'était une personne exceptionnelle !! Je te présenté a toi a michel et toute ta famille mes très sincères condoléances amitiés Daniel

  • Pronfondément peinés par cette triste nouvelle, nous venons vous assurer de tout notre soutien. Bien qu'en de pareilles circonstances les mots ne soient pas toujours suffisants, recevez tous deux notre affectueuse amitié
    Dominique et Genia

  • Bonjour,
    J'ai rencontré une fois M. Jacques Camurat rue de Rome. Altiste amateur, j'ai acheté en 1980 à un de mes amis Toulousains un alto signé Jacques Camurat de 1967. C'est un grand instrument dont la caisse mesure 43,8 cm. Il m'a été dit à l'époque que c'était le seul alto de cette taille construit par M. Camurat. Je suis très attaché à cet alto. Je vis aujourd'hui à Toulouse, avec encore quelques attaches dans le Tarn, mon département d'origine. Je me permets de vous adresser mes condoléances à l'occasion du décès de votre père. Bien cordialement. Alain Mailhé.

  • Nous vous remercions d'avoir partagé avec nous ce témoignage. Votre attachement à l'alto que notre père a réalisé nous touche beaucoup. Nous vous souhaitons encore beaucoup d'années de plaisir avec votre instrument!
    Bernard et Pascal Camurat

  • Hola, soy luthier de Barcelona, constructor de guitarras clásicas, Juan Antonio Reyes Torres, debo de comunicarle que dispongo de una maravillosa guitarra clásica perteneciente al maestro guitarrista Antonio Francisco Serra, en la guitarra está la etiqueta con el nombre de su padre, Jacques Camurat,
    comunicarle que es una guitarra de una calidad sonora muy alta.
    Lamento el fallecimiento de este gran luthier.
    Atentamente. Juan Reyes.

Les commentaires sont fermés.