Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

TRANSITION OU RENAISSANCE

Du travail de l'homme à l'immersion dans le miracle originel.

permaculture, transition,

Est-il encore possible de vous souhaiter tout le meilleur en ce début d'année quand Stephen Hawking parle de l'avenir de l'humanité en des termes qui laissent songeur: l’anthropocène*apparaît aujourd'hui comme une fin annoncée des principaux systèmes vivants de la planète ainsi que de notre propre espèce !

Allons bon, comment ce constat peut-il éclairer nos choix de vie?

Pour ma part, ayant pendant quarante ans, consacré à la maîtrise de l'art de la lutherie toute mon énergie, je prends le sentier d'une nouvelle vocation : apprendre à soigner et à faire fructifier un arpent de terre. Choix qui s'impose comme une évidence dans le contexte qui s'offre à moi en Corse .

Je m'adresserai à vous désormais en terme de « permaculteur en devenir » et compte partager mon expérience avec ceux qui seraient intéressés de savoir ce qui se passe dans les coulisses de la permaculture, à vous mes amis qui ne pourront pas encore amorcer ce changement mais qui sentent qu'un jour peut-être..... puissent ils trouver un intérêt à regarder par la petite fenêtre que j’entrouvre ici.

Je vais donc simplement appliquer à mon environnement personnel des notions aux noms un peu étranges : efficience, résilience, soutenabilité, régénération, pérennité. J'essaierai d’illustrer à travers mes expériences qui ont débuté à l'automne, une méthode qui a été initiée en Australie il y a déjà 40 ans (on va vite rattraper le retard!) et qui s'est depuis enrichie d'une éthique, le respect des lois du vivant, ce qui en fait aujourd'hui une science ainsi qu' une philosophie.

Tout en respectant celui qui milite dans le domaine de l'écologie politique, le permaculteur va apporter sa contribution à la protection de notre terre en réintroduisant la fertilité et l'abondance (et oui) là où c'est nécessaire. Et comme nous sommes en « transition » , nous avons aussi droit à l'erreur....sachant qu'une remise en question quotidienne est nécessaire.

Ayant « caressé » toutes ces années les bois aux ondes chatoyantes, je suis enthousiasmé de redescendre au plus près de la terre nourricière pour cette fois comprendre et admirer ce qui est à la racine de ces cadeaux qui nous sont faits : la beauté que je lui connais et l'abondance que j'aspire à découvrir. A bientôt pour mon premier compte rendu!

*en avril 2016 se tiendra à Oslo une rencontre au terme de laquelle une quarantaine de chercheurs indiqueront s'il y a lieu ou non d'officialiser le concept d'un ère géologique liée à la présence de l'homme sur terre.

Les commentaires sont fermés.