Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • NOUVEAU SITE DE LA "CASA MURZA"

    001b.jpg

    Pendant toute la saison 2008 j’ai pris un grand plaisir à partager avec vous mon environnement de la maison « haut perchée » de Vico ! Vous êtes venus de France continentale, de Grande-Bretagne, de Belgique, de Hollande, de Suisse, d’Italie, d’Allemagne, du Canada et des USA. Au gré de vos visites, j’ai pu aussi mettre au point les détails indispensables pour que la saison prochaine soit une expérience encore plus agréable pour tous.

    Des nouveautés se préparent: ainsi en plus de la chambre avec terrasse, une suite avec son petit salon privatif est à votre disposition. Une fois arrivés au « nid d’aigle » vous pourrez désormais y dîner, si vous le souhaitez. Michel se joindra à moi pour vous faire savourer les menus qu’il aura composés avec le meilleur des produits locaux.

    Nous vous souhaitons une très belle année 2009. Faites savoir à vos amis désireux de découvrir l’île que nous les attendons ; qu’ils soient assurés que nous ferons tout notre possible pour qu’ils profitent en toute sérénité du dépaysement et du calme propre à la région des Dui Sorru!

    Retrouvez nous donc sur le nouveau site Internet

    http://www.casa-murza.com/.

     

     

  • VER DE TERRE CONTRE MOLECULE CHIMIQUE

    Papilio Machao.JPG

     

     

    Nous avons vu que le film « Nos enfants nous accuseront » a déjà l’effet d’une prise de conscience auprès d’un large public ; cependant il commence à avoir un autre effet : Il relance la polémique entre « experts » autour du rôle de la molécule chimique depuis son introduction dans l’agriculture paysanne au moment de l’avènement de la pétrochimie. On trouve d’un côté des ingénieurs garants de l’intégrité de leur produit, d’un autre des médecins en possession d’études épidémiologiques révélatrices, d’un autre encore les producteurs qui ont fait leurs choix en fonction des circonstances puis ce nouveau groupe de personnes de tous bords qui essaient de faire sécession et enfin ceux qui ne savent parfois pas trop qu’en penser!

    Il n’y a d’ailleurs pas que ce combat qui oppose les experts qui guident les choix pour lesquels nos gouvernements ont opté dans la marche de notre société (nucléaire, ogm, etc..) aux associations « écologistes » !

    C’est souvent un dialogue de sourds car les témoignages des spécialistes des deux bords ne veulent pas concorder. Pour ceux qui ont opté pour la méthode « conventionnelle », on est convaincu qu’on travaille et gagne son argent honnêtement, que si on n’avait pas recours à cette agrochimie raisonnée, chacun ne mangerait pas à sa faim. De l’autre nous avons les défenseurs d’un retour à une agriculture plus « naturelle » qui se basent sur les témoignages de médecins, ingénieurs et savants pour nourrir leur intime conviction que l’approche choisie par les autres nous mène à la mort. On ne se rejoint pas non plus sur un constat de base comme la détérioration de la qualité du sol. On se rejette les études épidémiologiques. Chacun travaille pourtant en son âme et conscience.

    Alors, les quelques agriculteurs qui osent maintenant exprimer leurs doute seraient-ils coupables d’avoir mal utilisé ces « médicaments de la terre » ?

    Ceux qui ont déjà opéré une reconversion seraient-ils deux pour cent d’une minorité qui ne parviendra pas à nourrir la planète ?

    Les médecins qui dans leurs hôpitaux voient des choses mais semblent ne vouloir rien affirmer qu’en chuchotant aussi une minorité?

    L’intime conviction de beaucoup sur un lien de causalité entre environnement et santé une vue de l’esprit ?

    Nous avons eu naturellement tendance à faire confiance à la « science » et aujourd’hui cela a assez duré : ceci est allé un peu loin dans son non respect du vivant. On leur accordera de considérer que la nature n’est pas vertueuse et qu’il faille intervenir pour limiter l’attaque d’une peste. On attendrait d’eux qu’ils nous disent qu’ils vont mettre leurs équipes de chercheurs (qui réalisent ces milliers de tests pour prouver que leurs produits sont innofensifs) au travail avec ceux qui ont trouvé des solutions alternatives. Pourquoi chacun reste dans son camp ? Les écoles d’agronomie : qu’enseignent-elles? Pourquoi on n’entend-on personne s’exprimer ?

    Pour ce qui est de nous les citoyens de la terre, laissons notre bon sens parler pour reconnaître que l’approche scientifique ne fait pas assez place au respect du vivant (le petit ver de terre). Cessons de lui laisser carte blanche. Qu’elle remettre en question les fondements de sa démarche avec ses cocktails de produits. Notre attitude ne pourra qu’inciter nos hommes politiques à faire évoluer les méthodes. Et peut-être un jour les « quelques grammes à l’hectare » qui seront aspergés sur notre terre ne seront plus 76.000 tonnes de molécule « chimique » mais de préparation « biodynamique».

  • Un point sur le film : NOS ENFANTS NOUS ACCUSERONT

    Voici quelques jours je vous communiquais la sortie du film « Nos Enfants nous accuseront ». Les dernières informations sont encourageantes: les salles se remplissent chaque jour d’avantage. Un nombre considérable de bloggeurs s’intéresse au sujet et la bande annonce a été visionnée par plus de 1,5 million de personnes. Les enfants autant que les parents sont touchés par le message d’un style de vie proche de la nature. Ce même public dont le bon sens récompense ainsi le courage militant des réalisateurs. Un pas est franchi donc avec ce film : première graine semée au sein d’une opinion qui, en tissant une maille souterraine, est entrain d’entamer la reconquête du « mieux vivre ».