Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BERNARD CAMURAT

  • A la mémoire de mon père Jacques Camurat/ In memory of my father Jacques Camurat (1927-2016)

    Mon père Jacques Camurat s’est éteint au matin du 30 avril 2016 à l'âge de 89 ans.

    My father Jacques Camurat  passed away on the morning of april 30, 2016, aged 89.

     

     

    Lire la suite

  • TRANSITION OU RENAISSANCE

    Du travail de l'homme à l'immersion dans le miracle originel.

    permaculture, transition,

    Lire la suite

  • VIOLON ET NATURE

     

    FORMES

     Pour fabriquer une caisse de résonnance, l’homme a utilisé dans certaines traditions, des calebasses ou des carapaces de tortues sur lesquelles ont tendit une peau.

    Puis jusqu’au 13ème siècle on taille la caisse dans un bloc de bois comme on creuse un sabot de bois sans utiliser de proportions  bien précises si ce n’est que l’on conservez une forme ovoïde rebec ou rabab marocain encore à ce jour. Ensuite viendront des tracés pour le luth et le violon, hérités de l’Antiquité où la beauté était assimilée à la structure du corps humain donc de la nature. Les anglais utilisent des mots du corps pour définir les parties du violon. La table est le ventre, le fond est le dos, le manche est  le cou. En français la seule dénomination anatomique est les ouïes pour les ouvertures. Plus tard des artistes assimilent les lignes de l’instrument à la morphologie du corps féminin: comme pour Man Ray. Pour Yehudi Menuhin le célèbre violoniste tout y est courbe, galbe et délicatesse : volupté de la taille, finesse du cou, arrondi du dos….  La  forme de rosace est employée aussi sur les instruments pour enjoliver l’ouverture faite sur la table d’harmonie (luths, clavecin) 

    Chez les bâtisseurs du Moyen-âge, on construisit selon des proportions géométriques et harmoniques tracées avec des unités de mesure issues directement de parties du corps humain : coudée, pied, empan, palme, paume, pouce et pour la plus petite unité la ligne qui équivaut au diamètre d’un grain d’orge.  C’est avec les progrès des sciences qu’à partir du 16éme siècle on abandonne les procédés hérités de la conception organique de la forme. Cependant vers 1530 le violon est déjà dessiné dans ses formes définitives qui possèdent ces proportions parfaites.

    Le symbole de la volute en enroulement qui est une forme fréquente dans la nature de l’infiniment grand à l’infiniment petit. Le manche commence par un cheviller à l’élégance  d’une pousse de fougère pour continuer dans la spirale et finir en coquille

    MATERIAUX

    Minéral : des terres, des oxydes et des pierres ponces pour le traitement des vernis, métaux précieux  comme l’or ou l’argent pour l’archet.

    Animal : boyau de mouton pour les cordes, des colles à partir d’os ou de nerfs de bœuf, des colorants à base d’insectes cochenilles et pour l’archet : le crin du cheval, la nacre des coquillages, l’os et enfin l’ivoire, et l’écaille de tortue dont l’utilisation est  aujourd’hui interdite.

    Végétal :

    L’épicéa qui pousse lentement sur des versants montagneux arides et dont la caractéristique principale est de conduire les vibrations sonores.

    L’érable sycomore avec la caractéristique d’être ondé pour un fraction des arbres: une caractéristique dont on ne connaît pas vraiment l’origine : génétique, liée à l’environnement, au sol ou à des forces telluriques ?

    Certains bois exotiques (ébène et  pernambouc pour l’archet) mais dont les ressources limitées font que leur utilisation est strictement contrôlée.

    Pour la confection des vernis : Gommes de résineux, pigments extraits des différentes parties de plantes, huiles végétales (lin, noix, etc.), essences végétale (aspic, etc..), ambre résine fossilisée.